Le gouvernement acte la prolongation du risque nucléaire

Ce 30 avril, le conseil des ministres se penche sur une « petite loi énergie » qui va accroître considérablement le risque nucléaire, en repoussant l’échéance de réduction à 50% de la part du nucléaire à 2035, contre 2025 auparavant. En procédant ainsi, le gouvernement entreprend de détricoter la loi votée en 2015 afin de « régulariser » la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE), dont le contenu a été dévoilé en novembre 2018. Ce décalage de l’échéance est lourd de conséquences. La PPE prévoit certes (…)


Nos communiqués de presse

/

CONTINUER À LIRE

Tchernobyl : 33 ans de catastrophe Des mobilisations partout en France pour dénoncer le risque d’accident nucléaire

Le 26 avril 1986, le réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl explosait. 33 ans plus tard, les conséquences sanitaires et écologiques de la catastrophe continuent de se déployer. En France, alors que les choix récents en matière de politique énergétique promettent un accroissement des risques, des mobilisations auront lieu pour dénoncer le risque d’accident. Tchernobyl : la catastrophe est toujours en cours 33 ans après l’accident, la catastrophe de Tchernobyl n’est pas finie : certaines (…)


Nos communiqués de presse

/

CONTINUER À LIRE

Tant que les choix de politique énergétique seront verrouillés, nous ne participerons pas aux débats publics sur les déchets radioactifs

Le débat public sur le Plan National de Gestion des Déchets et Matières Radioactives s’ouvre demain. Estimant que les conditions ne sont pas réunies pour cela, nous annonçons notre volonté de ne pas y participer. En vertu d’une obligation légale récente, le Plan National de Gestion des Matières et Déchets Radioactifs (PNGMDR) doit être soumis au débat public. Mais pour nous, débattre n’a pas de sens si les choix sur ce sujet sont déjà verrouillés. À quoi bon débattre des options de gestion de ces (…)


Nos communiqués de presse

/
,

CONTINUER À LIRE

Réaction du Réseau « Sortir du nucléaire » à l’affaire des soudures défectueuses de l’EPR de Flamanville

Ce jeudi 11 avril, l’Autorité de sûreté nucléaire a publié l’avis de son groupe permanent d’experts au sujet des soudures défectueuses de l’EPR de Flamanville. Celui-ci conclut à la nécessité de refaire huit soudures ou reprendre entièrement le dossier de sûreté pour intégrer le risque de rupture. L’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire, lui, préconise de les réparer. Le Réseau “Sortir du nucléaire » insiste sur la gravité de ce problème, au sujet duquel il a déposé plainte le 18 juillet 2018 avec (…)


Nos communiqués de presse

/
,
,
,
,
,
,
,

CONTINUER À LIRE

Chute du mur de l’Andra dans le Bois Lejuc : la cour d’appel de Nancy infirme le jugement qui pesait sur deux militants !

La cour d’appel de Nancy a rendu aujourd’hui une décision salutaire dans le contexte répressif actuel. Ce 21 mars, elle a infirmé la condamnation infligée à deux militants septuagénaires censés avoir fait tomber le mur construit par l’Andra autour du Bois Lejuc à l’été 2016. Nous espérons que cette décision attirera l’attention sur la politique d’acharnement contre les opposant.e.s à la poubelle nucléaire Cigéo pratiquée par le tribunal de Bar-le-Duc. Le 15 août 2016, lors d’une action collective près de (…)


Nos communiqués de presse

/

CONTINUER À LIRE

Fukushima, 8 ans de catastrophe Mobilisations partout en France pour refuser un accident majeur

Le 11 mars 2019 sera le 8ème anniversaire de l’accident nucléaire de Fukushima. À cette occasion, des événements auront lieu partout en France, notamment à l’initiative de ressortissants japonais, pour rappeler que la catastrophe se poursuit. À l’occasion de ce triste anniversaire, nous rappelons que le souhait d’EDF et des autorités françaises de prolonger la durée de fonctionnement du parc nucléaire prépare les conditions pour un accident en France. Fukushima : la catastrophe dure depuis huit ans Le (…)


Nos communiqués de presse

/
,
,

CONTINUER À LIRE

Pollution radioactive dans les eaux souterraines de la centrale nucléaire du Tricastin : EDF enfin devant le tribunal !

En juillet 2013, une pollution au tritium avait été détectée dans les eaux souterraines de la centrale nucléaire du Tricastin. Le Réseau “Sortir du nucléaire“ avait déposé plainte. Plus de cinq ans après, cette affaire sera enfin étudiée par le tribunal correctionnel de Valence le 7 mars à 15h30. Les associations donnent rendez-vous à 15h devant le tribunal. Une pollution radioactive des eaux souterraines prise à la légère par EDF A partir du 8 juillet 2013, EDF a détecté une présence anormale de (…)


Nos communiqués de presse

/

CONTINUER À LIRE

Combustible nucléaire bloqué à la centrale du Tricastin : un danger grave pèse sur les travailleurs et la population – Face à l’opacité, nous interpellons les autorités

Depuis le 3 février, un assemblage de combustible est bloqué dans le réacteur n°2 du Tricastin et menace de chuter. Cette situation fait peser un risque important pour les travailleurs et les riverains. Or EDF SA n’a pas informé les populations de sa gravité. Pire, l’entreprise maintient l’organisation d’ateliers pour enfants sur le site nucléaire pendant les vacances de février ! Nos associations dénoncent cette opacité et interpellent les autorités. Le 3 février, lors d’une opération de déchargement (…)


Nos communiqués de presse

/

CONTINUER À LIRE

Report de l’échéance de réduction de la part du nucléaire : une « petite loi » aux lourdes conséquences

Le projet de « petite loi énergie » destiné à acter – entre autres – le report à 2035 de l’échéance de réduction de la part du nucléaire vient d’être dévoilé. Annoncée de longue date, cette proposition de report est désastreuse tant sur la forme que sur ses conséquences. Sur le principe, il est inacceptable que le gouvernement propose ainsi une nouvelle loi pour repousser l’échéance de 2025, qu’il a tout fait pour ne pas respecter, afin de pouvoir rendre légale une PPE actuellement hors des clous. Le décalage (…)


Nos communiqués de presse

/

CONTINUER À LIRE

Déchets radioactifs mal gérés à la centrale nucléaire de Cruas-Meysse : 
EDF de nouveau condamnée en appel. À quand la sanction pour les pollutions au tritium et aux hydrocarbures ?

Ce 22 janvier 2019, la cour d’appel de Nîmes a confirmé la condamnation en appel d’EDF pour la mauvaise gestion de ses déchets contaminés à la centrale nucléaire de Cruas-Meysse (Ardèche). Les associations qui portent cette affaire en justice se réjouissent qu’EDF n’ait pas échappé à la condamnation. Elles rappellent que la justice doit encore se pencher sur deux autres affaires concernant la centrale nucléaire de Cruas, à savoir une pollution de la nappe au tritium, puis aux hydrocarbures. Les (…)


Nos communiqués de presse

CONTINUER À LIRE